Ma soeur nue dans la douche

soeur-mature

Lorsque j’étais jeune adulte de 18 ans, mes premières éjaculations ont été faites à la suite de regards par la serrure de la première gente féminine à la maison : ma soeur Anne qui a 5 ans de plus que moi. Je me souviens que dès que j’arrivais à la voir nue, je bandais comme un âne et me touchais à peine que je giclais un gros paquet. Les années passant, j’ai commencé a m’intéresser de plus près, à la pister carrément.

C’est ainsi que j’ai réussi à la voir plusieurs fois se masturber dans la salle de bain assise sur les wc ou debout dans la douche. Une grille d’aération me permettait de la voir. Plus d’une fois, j’ai failli me faire pincer par mes parents. Elle a ensuite quitté la maison pour faire sa vie puis moi de même et les années ont passé. Je me suis toujours remémoré ses branlettes très excitantes et toujours rêvé de la revoir un jour.

Depuis quelques jours, je viens de vivre un truc extraordinaire. Un jour ma soeur qui a 42 ans m’a invité à venir passer du temps chez elle car son mari devait s’absenter pour 5 jours pour son boulot. Ne voulant pas rester seule ; j ai accepté volontiers avec en tête cette question à savoir si elle continuait de se branler ainsi. Le premier midi, on a bien discuté de nos vies respectives autour d’un bon repas. A l’heure de la sieste ma soeur m’a dit qu’elle allait prendre une douche et se reposer un peu dans sa chambre.

J’ai, moi, pris mes quartiers dans la chambre d’ami. Alors je ne sais pas pourquoi, poussé par l’excitation, sûrement, j ai poussé la porte de sa chambre quelques minutes après et j’ai entendu couler la douche. Je me suis approché de sa table de chevet et j’ai découvert un vibro et un gode dans le tiroir ainsi qu’un DVD porno. Ma soeur était donc une fan de la masturbation.

Je bandais comme un fou ; aussi comme la douche continuait de couler, le coeur battant à 100 à l’heure, je me suis approché de la porte : elle était bien entrouverte et ma soeur debout dans la douche se masturbait en se titillant le clito de la main gauche et elle dirigeait le jet de la douche de la droite sur le sol. Les yeux fermés la bouche entrouverte, elle était hyper excitante.

De plus, sa chatte, anciennement bien entretenue, avait laissé place à une grosse touffe bien fournie, épaisse et noire de longs poils. J’ai sorti ma queue et commencé à me masturber en m’approchant carrément de la douche. Ma soeur a alors ouvert les eux sentant sûrement ma présence et voyant le spectacle, elle a éclaté dans un puissant orgasme dans une longue plainte en se tordant le bassin dans tous les sens, les jambes flageolantes.

J’ai, alors, à cette vue explosé aussi en balançant de puissantes et grasses giclées de jus. Je bandais encore comme un fou. Ma soeur est sortie de la douche, m’a attrapé par la queue pour m’attirer vers son lit. Elle m’a littéralement violé car elle m’a balancé sur le dos violemment et m’a chevauché en venant s’empaler d’un trait sur ma queue. Elle donnait des coups de reins puissants et en quelques minutes, elle a explosé dans un second orgasme m’arrosant copieusement les bourses.

Une fois la tension retombée, je l’ai alors retournée et c’est en levrette que je l’ai défoncée à mon tour comme un malade. Elle en redemandait et au moment de jouir après un bon quart d’heure à la limer ainsi, je suis sorti de sa chatte et j’ai juste enfoncé le gland dans son petit trou. Je me suis branlé et j’ai giclé dans ses fesses. Ma soeur a alors passé sa main par en dessous pour se toucher le clito et en quelques secondes, elle a joui une troisième fois. Ensuite on s’est écroulé tous les 2.

La suite, il y a eu une discussion à propos de notre comportement et je lui ai avoué que depuis toujours je rêvais de cela : en fait c’était réciproque, si bien qu’on a passé les jours restants à forniquer comme jamais et elle s’est masturbée devant moi avec ses 2 godes. Depuis le retour de son mari, elle m’appelle tous les jours en me disant que dès son prochain départ, on remettra cela et que chaque fois qu’elle faisait l’amour avec lui c’est en pensant à notre petite semaine qu’elle jouissait plus rapidement et plus intensément qu’avant.